NE PAS TOUCHER

lundi 18 janvier 2016

Personals Demons de Lisa Desrochers ~Ju


Coucou!!
 Aujourd'hui je vous donne mon avis sur "Personal demons" de Lisa Desrochers.



Un livre addictif qui mélange de l'amour avec des secrets et des anges et démons! J'ai commencé ce livre sur un coup de tete (comme a chaque fois que je commence a lire un livre au hasard....) et j'ai vraiment bien accrocher au début! Quoique je n'aimais pas tellement le pdv de Luc en alternance mais après j'ai trouvé que c'était mieux justement ^^ (et je voulais meme plus de chapitre avec son point de vue mdrrr) bien c'est un vrai coup de coeur et j'espère avoir (très) rapidement la suite!!
C'était assez nouveau de voir la progression d'un démon qui n'a jamais connu les sentiments/ émotions ainsi que des "habitudes" humaine (manger boire se laver...) et de voir que sa "coquille" se craque peu a peu et qu'il ressent les choses humaines. ^^
*
Résumé:
Attention, âme à prendre.

La vie de Frannie bascule le jour où un petit nouveau débarque au lycée. Elle était résolue à ne laisser aucun garçon l'approcher... mais Luc est sexy à se damner, impossible de lui résister!

Frannie ignore que ce séduisant jeune homme travaille pour le compte des Enfers, au service des Acquisitions des âmes, et qu'il est prêt à tout pour la conquérir.

Mais Gabe, beau comme un ange descendu du Paradis, vient contrarier ses plans machiavéliques et protéger Frannie. Que cache-t-elle de si extraordinaire pour être soudain l'objet de tant d'attention?
*
- M'est avis qu'on ne devrait pas être ensemble. Je te fais du mal.
Il pousse un profond soupir. Lorsqu'il reprend la parole, il ne tente même pas de cacher son amusement.
- Toi ? Toi, tu me fais du mal ?
Je n'arrive pas à croire qu'il se moque de moi, qu'il minimise tout ce qui s'est passé. Ma colère enfle et transparaît dans ma voix.
- J'ai failli te tuer. Tu étais immortel, et à cause de moi tu ne l'es plus. Sans moi, tu aurais pu vivre pour toujours.
- C'est vraiment surfait, l'immortalité. La portion d'éternité que j'ai connue me suffit amplement.
- C'est ce que tu dis...
Je tourne la tête, m'efforçant de m'éclaircir les idées et de reprendre contenance.
- Frannie, regarde-moi. (J'obéis à contrecoeur.) Pour cette sensation-là (il se tapote la poitrine), j'aurais donné n'importe quoi. Je dirais bien que ce n'était pas cher payé de renoncer à l'éternité, mais j'ai l'impression que ça ne m'a rien coûté du tout. En revanche, j'ai reçu, moi, le cadeau le plus précieux qu'on puisse désirer. (Il essuie une larme perlant à mes cils.) Tu m'aimes. Qu'est-ce que je pourrais demander de plus ?
*
Je vais le traquer, arracher ses plumes d'anges une par une et m'en faire un oreiller.
*
(Luc & le grand-père de Frannie).

- Frannie est spéciale. Je n'ai pas envie de tout gâcher.
Sauf qu'à cause de moi Bélias a failli aspirer son âme et l'entraîner dans l'Abîme. Mais à part ça...
- Elle l'est, oui. Trop bien pour vous, tous autant que vous êtes, dit-il en agitant le bras vaguement dans ma direction.
Vous n'avez pas idée...
- Traite-la comme il faut, ajoute-t-il.
- Vous avez raison. Elle est beaucoup trop bien pour moi. J'ai essayé de le lui dire.
- ... mais elle refuse de t'écouter, complète-t-il en souriant. C'est une tête de mule. Exactement comme sa grand-mère.
- Je ne laisserai personne lui faire du mal.
- Je te prends au mot, déclare-t-il en me dévisageant avec insistance. Et si tu ne tiens pas ta promesse, tu sais à qui je demanderai des comptes.
- Oui, monsieur.
C'est alors qu'il me prend complètement au dépourvu.
- Tu es amoureux d'elle ?
Je le dévisage. En pensant à Frannie, une sensation aiguë me tord le ventre. J'ai eu beau m'évertuer à me mentir, ou du moins à me persuader que mes sentiments n'avaient pas d'importance, je sais pertinemment qu'ils existent, et qu'à cause d'eux je vais brûler dans le Brasier.
- Oui, monsieur.
*
-Tu parles italien. 
Elle semble dubitative. 
-Si. 
-Dis quelque chose. 
-Sii la mia schiava d'amore, je susurre. 
-Traduis. 
-Jamais de la vie, je replique, amuse par son attitude reservee. 
Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai le sentiment qu'elle ne serait pas d'accord pour devenir mon esclave sexuelle.
*
Frannie.

- Bon, qu'est-ce qu'il y a entre nous ? je demande en le regardant avec insistance.
- Qu'est-ce que tu aimerais qu'il y ait entre nous ? réplique-t-il, facétieux.
Je ne suis pas d'humeur à jouer.
- Arrête tes conneries, et contente-toi de répondre à ma question.

Luc.

- Waou. OK...
Je réfléchis, ne sachant pas trop quoi lui répondre. J'ignore ce qui l'effraierait le plus : "J'ai vraiment envie de te mettre dans mon lit", ou bien "J'essaie de marquer ton âme pour l'Enfer". Les deux assertions sont vraies. Mais, derrière tout ça, il y a autre chose, une sensation plus intense qui me tiraille de l'intérieur et m'empêche de penser correctement chaque fois que je suis avec elle. Une émotion que je ne suis même pas capable de définir ou de concevoir clairement. 
Qu'est-ce qu'elle a envie d'entendre ? Quittant brièvement la route des yeux pour l'observer, je commence avec circonspection :
- Eh bien, je ne sais pas trop. Je t'apprécie beaucoup.
L'euphémisme du millénaire.
- Est-ce qu'on ne pourrait pas simplement voir où ça nous mènera ? j'ajoute.
Disons, au hasard... en Enfer ? 
*
~Julie~

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire