NE PAS TOUCHER

vendredi 18 décembre 2015

Phobos tome 1 &2 - Victor Dixen #El'

"Il est trop tard pour regretter."

Couverture Phobos, tome 1

Titre: Phobos
Auteur: Victor Dixen
Sorti en 2 015
Édition Robert Laffont
433 pages

Résumé (Livraddict): Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Mon Avis:  Etant donné qu'au moment où j'écris cet article le tome 3 n'est pas encore parut je ne peux évoquer que le tome 1 et 2. Je mettrais à jour l'article quand le tome 3 sera paru et que je l'aurai lu.
Vous êtes peut-être déjà tombé sur un livre que vous avez lu et au bout de quelques pages vous saviez déjà que ce serait un coup de cœur. Et bien ce ne fut pas le cas, j'ai même eu très très peur que Phobos fasse un très très gros flop. Il faut savoir que Phobos n'est pas écrit de façon classique c'est-à-dire alternance de dialogue et description, en effet Victor Dixen a vraiment écrit son livre à la façon télé réalité et cela m'a vraiment déconcerté au début. Je veux dire par là que Victor Dixen change de point de vu à chaque chapitre, que le livre est découpé en acte comme au théâtre et qu'il utilise le vocabulaire adapter au scénarios: cut, fondu sur noir...
Mais en fait, plus j'avançais dans le livre plus je me disais: "il n'aurait pas pu mieux choisir pour raconter cette histoire.", après tout Phobos est une télé-réalité il est donc normal qu'il utilise le vocabulaire adapté. En plus découpé son livre en acte rajoute en plus au côté théâtrale qui est déjà très présent. 
Je mentirai si je disais que je n'avais pas failli arrêté à cause de la lenteur du récit. Pourtant à chaque fois que j'allais reposé ma liseuse (oui je lis sur liseuse...) il y avait quelque chose pour me pousser à continuer de lire, souvent un minuscule détail.
Il a le don de manier le suspense: à la fin des deux livres sans prévenir Victor Dixen lâche une bombe qui, personnellement, m'a rendu muette. Bon après je mentirai si je disais que je n'avais pas été hurler (pour rester polie) mon indignement, non mais ça va pas de nous laisser ainsi? Surtout que j'ai confondu avec The book of Ivy: je pensais que Phobos était la duologie et The book of Ivy la trilogie ^^" (oups). 

En bref: j'ai bien aimé mais il m'a fallu un temps d'adaptation, prochaine étape: Animale de Victor Dixen! 


Extrait: (Chapitre 3, Présentation de Léonor)

D – 21 min
« Léonor, dix-huit ans, citoyenne de la République française, sponsorisée par la maison de luxe Rosier & Merceaugnac, cosmétiques, alcools fins, mode et joaillerie, responsable Médecine : acceptez-vous de représenter l’Humanité sur Mars à partir de ce jour, et jusqu’au dernier de votre vie ? »
Au moment précis où le directeur Lock prononce ce dernier mot, vie, je sens un déclic se faire en moi.
Il n’est pas trop tard.
Il est encore temps de refuser. C’est mon choix, mon ultime liberté, et rien ni personne ne peut me l’enlever – ni l’année de formation, ni les dizaines de contrats que j’ai signés, ni les légions de spectateurs embusqués comme des murènes derrière leurs écrans pour les vingt-trois semaines à venir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire