NE PAS TOUCHER

lundi 7 décembre 2015

Crescendo de Becca Fitzpatrick ~Ju


Coucou émoticône smil

Alors aujourd'hui je vous poste l'avis du deuxième tome de "Hush hush": "Crescendo" de Becca Fitzpatrick. 
J'espère que l'avis du premier tome vous a plu et qu'il vous a donné envie de lire ce livre si ce n'était pas déjà fait ;) 


 Alors, j'ai adoré ce bouquin même si j'ai préféré le premier tome. Pour moi Nora et Patch se sont trop éloigné durant ce second tome. L'humour de Patch me manquait.. Contrairement à "Hush Hush", je ne m'attendais pas aux "Méchants" de l'histoire. La révélation du meurtrier du père de Nora et la révélation de la main noir sont très surprenante!

*
Résumé du livre:
Après une année tourmentée, Nora a retrouvé Patch, l'homme qu'elle aime et qui est maintenant son ange gardien. Alors qu'elle devrait savourer ce bonheur nouveau, un passé menaçant refait surface. Hantée par le meurtre violent de son père, la jeune fille se retrouve plongée dans un mystère qui la dépasse. Son père a-t-il payé le prix de sa vie son ascendance néphilim ?
Quand elle cherche des réponses auprès de Patch, celui-ci s'éloigne. Peut-elle vraiment compter sur lui ou lui cache-t-il d'autres secrets plus sombres encore ? Malgré la menace qui pèse, Nora se risque à enquêter seule, consciente que la vérité qu'elle s'apprête à dévoiler est peut-être pire encore que le mensonge.
*
Passage préféré:
Je réprimai l'envie de le repousser vers la porte. Ses mots résonnaient dans ma tête. Rebellé ? Les archanges viendraient immédiatement le chercher chez moi ! Se montrait-il délibérément imprudent ?
-Tu es devenu fou ?
-Fou de toi, oui.
-Patch !
-Ne t'en fait pas, nous avons un peu de temps.
-Comment peux-tu en être certain ?
Il recula de quelques pas, une main sur la poitrine.
-Vraiment, Nora, ton manque de confiance en moi me blesse.
*
EXTRAITS:
*
Pas de problème, pensai-je. Tout va bien. Marcie avait sans doute vérouillé le battant de l'intérieur. Il me suffisait de rester plantée là pendant environ cinq heures, le temps que la soirée se termine, avant que Vee ne vienne me secourir avec une échelle.
Des bruits de pas résonnèrent devant l'entrée et je me penchai, priant pour trouver Vee sous le portique.
Horrifiée, j'aperçus Patch qui s'approchait du 4 x 4. Dos à moi, il composa un numéro sur son portable avant de le coller à son oreille. Moins de deux secondes plus tard, mon téléphone se mit à sonner dans ma poche. Avant que j'aie pu le lancer dans les buissons, Patch se retourna.
Il leva lentement les yeux et, lorsque son regard se posa sur moi, je regrettai que Boomer ne m'ait pas dévorée toute crue.
-C'est drôle, on parle toujours de voyeurs, jamais de voyeuses.
Même dans la pénombre, je devinai qu'il souriait.
-Arrête de rire, répliquai-je, les joues cramoisies. Descends moi de là.
-Saute.
-Hein ?
-Je te rattrape.
-Tu es dingue ou quoi ? Grimpe à l'étage et ouvre-moi la fenêtre. Ou va chercher une échelle.
-Je n'ai pas besoin d'échelle. Saute. Je ne te lâcherai pas.
-Tu parles.
-Tu veux mon aide, oui ou non ?
-Tu appelle ça de l'aide ? sifflai-je, excédée.
Il fit tourner ses clés autour de son doigt et feignit de s'éloigner.
-Espèce de pauvre type ! Reviens ici !
-Pauvre type ? Ca n'est pas moi qui espionne aux fenêtres des gens.
-Je n'espionnai personne, répondis-je. Je... Je...
Trouve quelque chose, Nora !
Le regard de Patch se promena vers la fenêtre et, soudain, son visage s'éclaira. Il rejeta la tête en arrière en éclatant de rire.
-Tu fouillais dans la chambre de Marcie !
*
- Cinq billets que tu n'arrives pas à le refaire, lançai-je en le rejoignant.
Patch se retourna et sourit.
- Ca n'est pas ton argent que je veux, mon ange.
- Dites, les enfants, restons corrects, s'il vous plaît, intervint Rixon.
- Tu fais tomber les trois dernières quilles ? dis-je d'un air de défi.
- Qu'est-ce qu'on met en jeu ?
- Vous pourriez attendre d'être seuls ? gémit Rixon.
Avec un sourire amusé, Patch se cambra, la balle serrée contre sa poitrine. Il relâcha son épaule droite et envoya le projectile aussi fort qu'il le put. Avec un craquement sourd, les trois quilles volèrent dans les airs.
- Ca sent les ennuis, ma jolie ! me cria Rixon par-dessus les exclamations des badauds qui félicitaient Patch. 
*
-Poursuis-le et distrait-le. Il me faut encore deux minutes.
-Le poursuivre? Comment? La neon a un pneu crevé!
-Avec tes jambes!
-Tu veux dire courir?
*
Il m'enveloppa de ses bras et me serra contre lui.
-J'ai cru que j'étais arrivé trop tard. J'ai cru que tu étais morte.
J'agrippai sa chemise et appuyai mon front contre sa poitrine. Je pleurais, mais cela m'était égal. J'étais sauve et Patch était avec moi. Rien d'autre n'avait d'importance.

***
~Julie~

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire